Click here to send us your inquires or call (852) 36130518

Le triangle menaçant

2 janvier 2012 10 h 17 min0 commentaire

Par Yossi Malka

EGYPTE : LA DEUXIEME REVOLTE

Le 18 juillet 2011, Yossi Malka publiait sur le site « Reflets du temps » la chronique Quoi de neuf dans les pays arabes » ; dans le chapitre Egypte, il écrit : « Les insurgés qui en fait avaient trois revendications: le départ de Moubarak, la liberté politique et l’amélioration du quotidien, n’en ont eu en fait qu’à peine et partiellement une. Ils sont frustrés car, si Moubarak n’est plus à la tête du régime, seul le décor a changé, avec les mêmes personnes qui l’entouraient ; de plus l’armée, élément clé du pouvoir, mais aussi de l’économie, est une constante dans laquelle aucun changement n’a été opéré. Celle-ci s’inquiète car les insurgés demandent à présent des procès publics, des licenciements à la tête de la police, des revendications concrètes qui frôlent l’anarchie ; l’armée interviendra-t-elle bientôt ?» C’est fait !

L’armée est intervenue en même temps que la police dans plusieurs villes : au Caire, sur la célèbre Place Tahrir, qui a fait chuter Moubarak le 11 février dernier, mais aussi à Alexandrie, Ismaïlia, Port Saïd et d’autres villes du Delta du Nil. Plus de quarante morts et des centaines de blessées. De nouvelles bombes lacrymogènes qui laissent des séquelles. La foule sous le slogan « un million de manifestants » contre le régime, cette fois contre celui du Conseil Militaire dirigé par le Maréchal Youssouf Tantaoui. Le même scénario qu’en février 2011.

Pourtant cette fois-ci le régime ne tombera pas, et il ne peut pas tomber car tous les partis politiques, Frères Musulmans y compris, savent que sans l’armée c’est le chaos total. Les millions d’affamés et d’analphabètes représentent une terrible « armée » qui risque de plonger l’Egypte dans une agonie certaine : économie paralysée, fuite de capitaux et d’investisseurs, ouverture des frontières au terrorisme, fermeture des frontières aux échanges internationaux et au tourisme, une asphyxie que l’Egypte, puissance régionale d’un point de vue géopolitique et militaire, ne mérite pas.
Ce sont les raisons pour lesquelles, d’une part l’annonce faite le 22/11 du transfert de pouvoir au président de la cour suprême n’a pas eu lieu. C’est un gouvernement de coalition nationale qui dirigera l’Egypte. Composé de tous les partis politiques, et dirigé par une personnalité consensuelle jusqu’à la fin des élections législatives. On parle d’El Baradeï, l’ancien directeur général de l’AIEA, prix Nobel de la paix ! La paix onusienne rappelons-le, car il a joué un rôle déterminant qui a permis à l’Iran de tromper l’occident et de gagner un temps précieux pour son programme nucléaire.
Malgré les manifestations, les élections législatives débuteront le 28 novembre et se termineront en mars 2011. La Grande Chambre élira 100 députés qui rédigeront une nouvelle Constitution ; celle-ci définira le mode électoral du Raïs, qui sera le dirigeant suprême auquel l’armée sera soumise. Cette élection est prévue pour Juin 2012. Pour la première étape électorale, 55 partis politiques sont en compétition, 6600 candidats pour 498 sièges au Parlement, soit une chance de 7,5 % pour être élu. Les observateurs se focalisent bien entendu sur les Frères Musulmans. Ce parti, longtemps exclu du pouvoir, bénéficie, de par ses membres, du cinquième des voix. Il veut atteindre au moins le tiers des voix, d’où son activisme à multiples facettes depuis la Révolution de février 2011. Tout en ne se manifestant pas massivement et ouvertement dans cette deuxième révolte, il a dispersé ses « porte-parole » un peu partout dans des lieux publics, y compris les cafés, pour susciter des débats populaires.

Il adhère par pragmatisme politique à la formule d’un gouvernement d’Union Nationale aux cotés des autres partis, mais il poursuit une activité subversive : il est l’instigateur de cette deuxième révolte, sans envoyer ses leaders sur place comme en février, il utilise les bédouins du Sinaï pour faire exploser pour la septième fois les gazoducs du Sinaï, il favorise le transfert de véhicules lance-missiles (stocks de Kadhafi) achetés au marché noir libyen, vers Gaza à travers le Sinaï. Est-il également derrière la présence au Sinaï de plus de 1500 « combattants islamistes » en provenance d’une quarantaine de mouvements dans le monde ? Composés en majorité par des membres d’El Qaïda, cette « milice » constitue à la fois un lien terroriste avec le Djihad islamique de Gaza, mais aussi l’avant garde d’une « armée », qui menace Israël par le Sinaï.

La réponse à cette question vient de deux déclarations publiques récentes : a) L’ancien ministre de la Défense, Benyamin Eliezer (travailliste), surnommé du prénom arabe Fouad, très proche de l’Egypte : « Israël doit se préparer à un affrontement à moyen terme avec l’Egypte ». On remarque qu’il n’a pas dit « avec l’Armée égyptienne ». b) Bassam Aïad, journaliste palestinien, actif des Organisations des Droits de l’Homme, qui a déclaré le 20 novembre sur les ondes de la radio israélienne : « les Frères Musulmans sont derrière cette deuxième révolte, ils ont des intérêts à une confrontation avec le Conseil Militaire dirigé par Tantaoui, cette confrontation ne fait que débuter et se poursuivra jusqu’aux élections présidentielles, ils sont derrière les attentats au Sinaï ».
Quel procédé sera voté dans la nouvelle constitution pour l’élection du Raïs ? Qui sera le futur président ? Quelle sera la position ouvertement déclarée des Frères Musulmans quant aux accords de Camp David ? Tant de questions en suspens qui auront des réponses en juin 2012. Le baromètre qui permettra de savoir si un affrontement avec Israël est en préparation, c’est le budget de la défense : actuellement de 2% du PIB alors qu’il était de 24% avant les accords de Camp David. L’augmentation de ce budget, pour un pays en grande difficulté économique, sera une réponse certaine. La fermeture d’un des interstices dont parlait le gouvernement israélien en ce qui concernait la libération de Shalit est en train de se produire sous nos yeux.

IRAN : LA MENACE NUCLEAIRE

L’AIEA a publié le rapport tant attendu sur le nucléaire iranien. Un rapport qui crée une nervosité dans les chancelleries, puisqu’il a dévoilé de manière définitive que l’Iran est en possession de toutes les technologies pour construire une arme de destruction massive. Une telle nouvelle dans un contexte économique planétaire, ne peut être qu’un avantage, un de plus pour le régime des Ayatollahs. Le 7 novembre, il a été dévoilé que le savant ukrainien Vyacheslav Danilenko est bien celui qui a enseigné aux iraniens les techniques de construction d’une « chambre d’implosion » le générateur R265, qui a été expérimenté à Partchine en Iran.
Danilenko est retourné en Russie en 2005, il n’est pas certain que la Russie était au courant de ses  en Iran, enfin, il n’y a pas de certitude publiée ou officielle. Cependant les services de renseignements occidentaux savaient depuis cette date que l’Iran disposait de cette technologie, ainsi que de détonateurs nucléaires. Pire, les services de américains sous G. Bush ont essayé de convaincre que l’Iran avait cessé toute tentative de construire une bombe nucléaire en 2003. C’est en tout cas ce que publiait le NIE, l’organisme national de renseignement américain en 2007.
Ce fut sous le Gouvernement Olmert, que les services de renseignements israéliens s’étaient insurgés contre cette publication et ont fait savoir que ce rapport était erroné. Tous les ingrédients sont disponibles pour lancer une bombe contre tout pays se trouvant à un rayon de 2400 km au moins : des fusées balistiques capables de porter des charges nucléaires, des détonateurs, des techniques d’implosion. L’autre information inquiétante, est que l’Iran possède déjà quelques unités nucléaires, achetées au marché noir pendant le démantèlement de l’Union Soviétique. Des fusées Kh-55 connues sous le nom X-55s qui sont lancées à partir d’un avion : portée de 2500 km, Israël est à 1200 km de l’Iran. Ceci est confirmé par les déclarations récentes du commentateur de la télévision iranienne Fars : « en cas d’attaque israélienne sur les installations iraniennes, l’Iran ripostera et quatre bombes seront lancés contre Israël qui feront un million de morts. » Or nous savons que quatre fusées conventionnelles ne causent pas la mort d’un million de personnes. Entre temps l’Iran comme pour préparer son opinion publique, diffuse de plus en plus son autre bombe, celle d’une odieuse campagne antisémite, à travers des films à grande distribution dans les salles iraniennes. Le débat s’amplifie en Israël, et les avis sont partagés quant à une attaque préventive contre les installations nucléaires iraniennes.
Si cette attaque se faisait, outre l’aviation qui a achevé ses exercices d’attaques à longue portée, les sous marins sont en mesure de lancer des fusées balistiques type Gabriel 3, de portée maximale de 7000 km, dont une a été lancée, pour essai, la semaine dernière à partir de la base de « Palmahim». Est-ce le scénario réel ? Nul ne le sait. Est-ce que ce seront les USA qui attaqueront et Israël protègera les armées américaines contre une attaque menée par le Hezbollah et la Syrie ?

Ce qui est sûr aujourd’hui c’est que l’Iran est en possession d’un vrai potentiel pour fabriquer une bombe atomique classique, voire une bombe au plutonium. Les acteurs qui ont favorisé cette puissance sont : le Pakistan, indirectement l’ex Union Soviétique et la Corée du Nord.

Mais d’autres facteurs, pays ou personnes ont Favorisé l’Iran à se doter de l’arme nucléaire : en premier, l’ancien directeur de l’AIEA, El Baradeï, qui n’a jamais voulu publier des rapports sur la situation nucléaire militaire de l’Iran et qui rencontrait les responsables iraniens avec des accolades fraternelles ; l’incompétence des services de renseignement occidentaux dans cette histoire ; la faiblesse d’Obama d’avoir accepté dès son accession à la Maison Blanche, de ne pas limiter dans  le temps les négociations avec les iraniens ; la faiblesse des occidentaux qui se sont laissés imposer par la Russie et la Chine des sanctions par paliers, inefficaces . Alors que ce n’est pas tellement le rapport qui effraye mais surtout ses annexes, photos et preuves à l’appui, l’Occident et particulièrement la France, se débinent déjà et toutes les déclarations politiques faites dans le passé sur « notre engagement pour la sécurité d’Israël » sont en train de s’évaporer devant la réalité. Ce que la France oublie, à travers les déclarations de son éminent et « le meilleur parmi nous » de son Ministre des Affaires Etrangères, c’est que la menace iranienne, n’est pas dirigée seulement contre Israël.

SYRIE : UNE SITUATION EXPLOSIVE

La Ligue Arabe a enfin décidé de prendre des mesures de rétorsions et des sanctions contre le régime d’Assad. Après 4000 morts, des milliers de blessés et de prisonniers.

Parmi les sanctions, la rupture des relations diplomatiques, la cessation de tout investissement en Syrie, plus de relations bancaires avec la Banque Centrale syrienne et l’arrêt des vols de toutes les compagnies aériennes arabes vers la Syrie … des sanctions que la Ligue Arabe n’a jamais appliquées envers un pays membre. De facto, elle se substitue au Conseil de sécurité de l’ONU.

La Turquie menace de créer un couloir humanitaire pour permettre aux syriens révoltés de trouver refuge. La France se joint elle aussi à cette initiative, qui n’est encore qu’au stade de menace.

Des officiers de l’Otan et des pays de Golf principalement Arabie et Katar, ont organisé un Q.G en Turquie, dans la ville portuaire d’Iskenderun dans la Province de Hatay. S’ils se définissent comme observateurs, la représentation de toutes les armées : terre, air, mer, laisse plutôt penser à une coordination militaire pour créer ces « couloirs humanitaires « , dont l’objectif réel est d’occuper une partie importante du nord de la Syrie. Cette zone tampon comprendra plusieurs villes dont Hama, Homs et aussi Alep (2,5 millions d’habitants). L’objectif étant de détacher de la Syrie plus de 30% de sa population. L’accusation d’une commission de l’ONU de crimes contre l’humanité publiée le 28 novembre, n’est pas étrangère à cette démarche.

Mais la situation explosive, vient du fait que les flottes russes et américaines se dirigent vers la Syrie, en même temps qu’un train aérien qui livre des missiles russes de toute sorte à la Syrie. C’est un conflit qui envoie les signaux d’un conflit international. Plus de trois cent palestiniens triés sur le volet ont subi des entrainements de commando dans les camps des gardiens de la révolution en Iran et sont destinés à s’introduire dans la région y compris en Israël, pour des opérations militaires polyvalentes, de déstabilisation et de terrorisme.

Le Roi de Jordanie, qui fut le premier chef d’état d’un pays à demander publiquement à Assad de partir, est un fait rare car la Jordanie se met en avant et risque d’essuyer les premières salves des missiles sol-sol d’Assad.

Une vraie armée de déserteurs s’est constituée et mène des opérations osées, en attaquant par exemple, le quartier général du service d’information de l’armée de l’air. Malgré son appellation, ce corps constitué de plus de 30.000 hommes n’a rien d’un service de renseignements, il est plutôt composé d’unités d’intervention pour les sales besognes qui maintiennent le régime en place.

Chaque ambassade syrienne est investie par les membres de ce service. Les insurgés déserteurs ont attaqué la base principale de ce service et ont tué une quarantaine de soldats. Si après tout cela Assad, ne met pas à exécution ses menaces contre Israël, comme l’avaient déclaré ses généraux depuis le début de la révolte, ce serait un miracle, à moins que des frappes préventives ne le paralysent. La vigilance de Tsahal est, plus que jamais d’actualité, car si cette guerre éclate, elle serait celle à laquelle les israéliens ne s’attendaient pas , car l’on ne sait pas vers quoi elle pourrait déboucher .



Tags:

Laissez un commentaire


Powered by Sweet Captcha
Vérifions que vous êtes un humain,
Glissez le joueur sur la guitare
  • captcha
  • captcha
  • captcha
  • captcha

DecorCollection歐洲傢俬| 傢俬/家俬/家私| 意大利傢俬/實木傢俬| 梳化| 意大利梳化/歐洲梳化| 餐桌/餐枱/餐檯| 餐椅| 電視櫃| 衣櫃| 床架| 茶几

橫額| 貼紙| 貼紙印刷| 宣傳單張| 海報| 攤位| foamboard| 喜帖| 信封 數碼印刷

QR code scanner| inventory management system| labelling| Kiosk| warehouse management|

邮件营销| Email Marketing| 電郵推廣| edm营销| 邮件群发软件| edm| 营销软件| Mailchimp| Hubspot| Sendinblue| ActiveCampaign| SMS

Tomtop| Online shop| Online Einkaufen

地產代理/物業投資| 租辦公室/租寫字樓| 地產新聞| 甲級寫字樓/頂手| Grade A Office| Commercial Building / Office building| Hong Kong Office Rental| Rent Office| Office for lease / office leasing| Office for sale| Office relocation

香港甲級寫字樓出租

中環中心| 合和中心| 新文華中心| 力寶中心| 禮頓中心| Jardine House| Admiralty Centre| 港威大廈| One Island East| 創紀之城| 太子大廈| 怡和大廈| 康宏廣場| 萬宜大廈| 胡忠大廈| 信德中心| 北京道1號| One Kowloon| The Center| World Wide House

| 國際小學| 英國學校| International schools hong kong| 香港國際學校| Wycombe Abbey| 香港威雅學校| school day| boarding school Hong Kong| 香港威雅國際學校| Wycombe Abbey School

Addmotor Electric Bike| Electric bike shop / electric bicycle shop| Electric bike review| Electric trike| Fat tire electric bike| Best electric bike| Electric bicycle| E bike| Electric bikes for sale| Folding electric bike| Electric mountain bike| Electric tricycle| Mid drive electric bike Juiced Bikes Pedego Rad-Power