Click here to send us your inquires or call (852) 36130518

Obama: Bas les masques!

10 mars 2013 14 h 52 min3 commentaires

Par Michaëla Benhaïm

Obama bas les masques
Depuis la création de l’Etat d’Israël, seuls quatre présidents américains sont venus en visite officielle. (Nixon, Carter, Clinton et George W. Bush). Et prochainement, Barack Obama ! Alors que les relations sont plutôt houleuses et tendues entre le président américain  et le 1er ministre israélien B. Netanyahou (qui avait soutenu Mitt Romney pendant les élections américaines), B. Obama – qui n’a jamais fait de visite officielle lors de  son premier mandat – décide de venir en Israël, à peine au début de son second mandat. Il aurait pu reléguer cette tâche au nouveau secrétaire d’Etat John Kerry.

Pourquoi Obama vient-il maintenant ?

En quatre ans, les relations entre les deux dirigeants censés êtres de proches alliés se sont considérablement dégradées et quoi de mieux qu’une visite officielle en Israël pour prouver le contraire !

L’un des objectifs de la prochaine visite du président américain Barack Obama en Israël est de délivrer un message au Premier ministre Benyamin Netanyahou : celui de ne pas procéder à des «surprises» militaires contre l’Iran alors que les Etats-Unis se sont engagés dans des négociations avec. La visite d’Obama viserait  donc à dire à Israël : « Ne nous surprenez pas avec une attaque en Iran. ». C’est du moins ce qu’ont indiqué des sources de l’administration américaine à des sources diplomatiques de Jérusalem tout récemment.

Les sources de l’administration américaine ont ajouté que Barack Obama a l’intention de répondre à l’opinion publique israélienne et de rassurer le public israélien quant à son engagement à empêcher l’Iran d’acquérir des armes nucléaires.
Les équipes américaines et israéliennes se préparent à la visite d’Obama et se penchent sur la possibilité que Barack Obama prononcera un discours devant les étudiants de l’une des universités d’Israël.

Les gauchistes israéliens, qui voient Obama comme un héros, veulent que le président américain s’adresse aux Israéliens sur  la place Rabbin à Tel-Aviv. En réponse à l’initiative de gauche, les nationalistes demandent à Obama de se rendre en Samarie. « Il est plus logique qu’il parle en Samarie, le vrai centre d’Israël », explique un Israélien. « Si 50.000 personnes se joignent à nous, Obama se calmera et ne voudra rien entendre de la folie de la gauche, nous allons donc essayer de faire quelque chose de vraiment important ici et de détruire les plans de la gauche », ajoute-t-il.

La visite d’Obama, prévue pour le mois de mars, est ostensiblement destinée, entre autres, à relancer les négociations israélo-palestiniennes, au point mort. Ce dernier aurait déjà obtenu les engagements israéliens et palestiniens pour redémarrer soi-disant les pourparlers, selon des responsables palestiniens et israéliens. L’administration Obama aurait dit aux deux côtés que les négociations viseraient à créer un Etat palestinien dans ce qui est connu comme les frontières de 1967, ce qui signifie un retrait israélien de certains endroits stratégiques  et peut-être une certaine partie orientale de Jérusalem. Selon ces mêmes  responsables, le Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait convenu, qu’une fois les pourparlers entamés, il y aurait un gel non déclaré sur les constructions juives en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, à l’exception des principaux blocs : Maalé Adumim, Ariel et le Gush Etzion.

La Maison Blanche a affirmé catégoriquement que les pourparlers avec Israël et l’Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas commenceraient quelle que soit la position du Hamas, qui contrôle la bande de Gaza. Cependant, selon des responsables, les Etats-Unis  feraient des efforts pour négocier un accord d’union nationale entre Mahmoud Abbas et le Hamas au cours de la même période des négociations israélo-palestiniennes.

Il y aurait également une coordination étroite entre la Maison Blanche et les membres entrants de la coalition gouvernementale de Netanyahu que l’on connaît pour être favorables  à la création d’un état palestinien, principalement, l‘ancienne  leader de l’opposition Tzipi Livni  En outre, Livni et l’ancien ministre Haïm Ramon sont en train de coordonner la reprise des pourparlers avec le négociateur en chef de l’Autorité palestinienne, Saeb Erekat.

En ce qui concerne Jérusalem, les responsables israéliens et palestiniens ont indiqué que la Maison Blanche n’avait rien spécifié. Obama reprendra t-il la formule, proposée par Bill Clinton lors des négociations de Camp David en 2000, qui avait appelé des quartiers juifs de Jérusalem à rester israéliens et que les Palestiniens devaient obtenir la souveraineté sur les quartiers qui sont en grande partie arabe ? A noter que les Palestiniens construisent illégalement dans des zones appartenant à des Juifs de Jérusalem, l’évolution des faits sur le terrain se traduit de facto par des majorités arabes sur certains quartiers.
Les fonctionnaires ont déclaré que la Maison Blanche s’attend à ce que la question de Jérusalem soit  un obstacle majeur pour parvenir à un accord et voudrait la formation d’un comité international pour aider à faciliter le processus.
Le nouveau secrétaire d’Etat, John Kerry sera-t-il en charge de ce dossier ?

Qui est John Kerry ?

L’ancien sénateur du Massachussetts John Kerry a été nominé au poste de secrétaire d’Etat. Et cette nomination est déjà une source de préoccupation en Israël.

Kerry, le président de la commission sénatoriale des relations étrangères, s’est rendu en Israël à plusieurs reprises, mais sa position sur la politique israélienne – en particulier celle du Premier ministre Benjamin Netanyahu – est ambivalente.
En 2009, Kerry a embarrassé le Premier Ministre Benjamin Netanyahu quand il s’est prononcé contre la politique d’implantations israéliennes lors de la visite de ce dernier à Washington. Les responsables israéliens ont vu cette décision comme une embuscade préméditée. Kerry a également œuvré pour resserrer les relations entre Washington et Bachar al-Assad et a été accusé de dialogue avec le Hamas.

« Ses positions sur la question palestinienne sont très claires et il est farouchement critique sur la question de  la colonisation », déclare un fonctionnaire d’Etat.

La question qui préoccupe le plus les grands responsables israéliens est de savoir si Kerry cherchera à se démarquer sur la question palestinienne en tant que secrétaire d’Etat. « S’il veut laisser une trace et influencer le processus de paix, il accentuera la pression sur Israël », considère un responsable du ministère des Affaires étrangères.

Le 11 février dernier, Kerry a écrit au sénateur Barbara Mikulski, la présidente du Comité sénatorial de crédits : « Une réduction de 300 millions de dollars sur notre compte du Financement militaire à l’étranger pourrait conduire à des réductions de l’aide militaire à Israël, à la Jordanie et à l’Egypte, ce qui compromet notre engagement quant à leur sécurité à un moment particulièrement sensible. ». En effet, la Jordanie et l’Égypte reçoivent une assistance militaire dans le cadre de leurs accords de paix avec Israël.

D’autre part, John Kerry s’est battu pour envoyer 700 millions de dollars à l’Autorité palestinienne, pendant que Barack Hussein Obama vire 20.000 Marines dans le cadre de sa purge massive de l’armée des États-Unis pour «économiser de l’argent».

Des compressions budgétaires… sauf pour les terroristes palestiniens ! Qu’en est-il des besoins du peuple américain? Et de sa sécurité ? Et qu’en est-il de la sécurité d’Israël, la seule démocratie du Moyen-Orient?

Et  Obama continue dans la lancée de son premier mandat en positionnant un deuxième anti-israélien à un poste important :

Chuck Hagel,  secrétaire d’Etat à la Défense.

Hagel a fait face à une forte opposition de dirigeants pro-israéliens et de beaucoup de démocrates. Et ce n’est pas pour rien, sa vision de la politique étrangère est plutôt troublante. «Si Hagel a un rôle politique, nous aurions de réelles préoccupations », a déclaré Ira Forman en 2009, quand il était directeur exécutif du Conseil national juif démocratique (NJDC).

Selon le Conseil national juif démocratique, Hagel est l’un des quatre sénateurs qui a refusé de signer une lettre de soutien du Sénat à Israël en octobre 2000. Hagel est également l’un des douze sénateurs à avoir refusé de présenter une pétition de l’Union européenne pour identifier le Hezbollah comme un groupe terroriste en août 2006. Il engagerait également des pourparlers directs avec l’Iran sans conditions.

Sans surprise, Hagel a reçu les éloges du Conseil pour les relations américano- islamiques (CAIR), un groupe connu pour être anti-Israël, pour avoir été le seul candidat à la présidentielle en 2008 à ne pas avoir exprimé son soutien à Israël.

Et le troisième, John Brennan, nouveau directeur de la CIA, est musulman !

Converti à l’islam il y a plusieurs années de cela, en Arabie Saoudite, John Brennan a été nommé nouveau directeur de la CIA par Obama.

« M. Brennan s’est converti à l’islam quand il a servi à titre officiel pour le compte des États-Unis en Arabie saoudite », explique Guandolo,  l’ancien spécialiste de l’islam au FBI. « Mais ce n’est pas ce qui est le plus inquiétant », poursuit Guandolo. « Sa conversion à l’islam a été l’aboutissement d’une opération de contre-espionnage contre lui pour le recruter. Le fait que les agents des services de renseignement étrangers aient recruté M.Brennan quand il était dans une position très délicate montre qu’il a trahi le gouvernement américain, ou du moins qu’il est dans l’incapacité de discerner et de comprendre comment fonctionner dans ce type d’environnements, ce qui le rend totalement inapte à être le directeur de la CIA ». Guandolo poursuit  : «Il  a tissé sa vie professionnelle et personnelle avec des personnes que nous connaissons comme étant des terroristes. Il a supervisé, approuvé et encouragé d’autres à réunir des leaders connus du Hamas et des Frères musulmans dans le gouvernement à des postes pour conseiller le gouvernement américain sur la stratégie de lutte contre le terrorisme ainsi que sur l’ensemble de la « guerre contre le terrorisme ». Il conclut : « John Brennan est  naïf, stupide, dangereusement ignorant et totalement inapte pour ce poste.»

Un secrétaire d’Etat ambigu, un secrétaire à la défense clairement anti-israélien et un directeur de la C.I.A musulman… cela n’annonce rien de positif pour Israël

Jusqu’où ira l’administration Obama ?

  • En approuvant un immense cadeau d’armes sophistiquées – 20 avions de combat F-16 et 200 chars Abrams M1A1 – au gouvernement islamiste en Egypte en dépit de son président, Mohammed Morsi, devenu de plus en plus despotique et qualifiant les Juifs de « suceurs de sang, … bellicistes, de descendants des singes et des porcs. »
  • En remettant au goût du jour la tactique de condescendance de 35 ans d’âge pour condamner la politique israélienne tout en faisant semblant de se préoccuper du bien- être du pays: « Israël ne connaît pas ses propres intérêts. »
  • En ignorant les preuves d’importation de pièces de missiles de la Corée du Nord au Caire.
  • En repoussant les 239 membres de la Chambre qui ont appelé à la fermeture du bureau de Libération de la Palestine à Washington, en réponse à la requête de l’OLP pour acquérir le statut d’état observateur à l’ONU.

Après avoir remporté cette réélection, les choses se sont maintenant «calmées» et, après une décennie de mise en garde, Obama peut «être plus direct » pour faire avancer la cause palestinienne contre Israël.

En fait, l’objectif d’Obama n’est pas de résoudre le problème mais de relancer un « dialogue » stérile dont le seul but est de distraire l’opinion internationale en lui faisant croire que la situation s’améliore alors qu’en réalité, elle se dégrade.

Reproduction autorisée avec la mention © Meteor Magazine et un lien actif vers l’article.



Tags:

Laissez un commentaire


Powered by Sweet Captcha
Vérifions que vous êtes un humain,
Mettez la POMME sur la carte
  • captcha
  • captcha
  • captcha
  • captcha

雪茄| 雪茄烟网购/雪茄网购| 雪茄专卖店| 古巴雪茄专卖网| 古巴雪茄价格| 雪茄价格| 雪茄怎么抽| 雪茄哪里买| 雪茄海淘| 古巴雪茄品牌| 推荐一个卖雪茄的网站| 非古雪茄| 陈年雪茄| 限量版雪茄| 高希霸| 帕特加斯d4| 保利华雪茄| 大卫杜夫雪茄| 蒙特雪茄| 好友雪茄

古巴雪茄品牌| 非古雪茄品牌

DecorCollection歐洲傢俬| 傢俬/家俬/家私| 意大利傢俬/實木傢俬| 梳化| 意大利梳化/歐洲梳化| 餐桌/餐枱/餐檯| 餐椅| 電視櫃| 衣櫃| 床架| 茶几

橫額| 貼紙| 貼紙印刷| 宣傳單張| 海報| 攤位| foamboard| 喜帖| 信封

QR code scanner| SME IT| system integration| inventory management system| label printing| Kiosk| Voice Picking| POS scanner| POS printer| System Integrator| printing labels| warehouse management| thermal printer| mobile solutions| mdm solutions| mobile device management

邮件营销| Email Marketing| 電郵推廣| edm营销| 邮件群发软件| edm| 营销软件| Mailchimp| Hubspot| Sendinblue| ActiveCampaign| SMS

Tomtop| Online Einkaufen

Beauties' Secret化妝及護膚品

Addmotor electric bike shop

地產代理/物業投資| 租辦公室/租寫字樓| Office for lease / office leasing| Office building| 甲級寫字樓/頂手| 商業大廈| Commercial Building| Grade A Office| Office for sale| Hong Kong Office Rental / Rent Office| 地產新聞

香港甲級寫字樓出租

中環中心| 合和中心| 新文華中心| 力寶中心| 禮頓中心| Jardine House| Admiralty Centre| 港威大廈| One Island East| 創紀之城| 太子大廈| 怡和大廈| 康宏廣場| 萬宜大廈| 胡忠大廈| 信德中心| 北京道1號| One Kowloon| The Center| World Wide House

| Wycombe Abbey| 香港威雅學校| private school hong kong| English primary school Hong Kong| primary education| top schools in Hong Kong| best international schools hong kong| best primary schools in hong kong| school day| boarding school Hong Kong| 香港威雅國際學校| Wycombe Abbey School