Click here to send us your inquires or call (852) 36130518

Pallywood, l'Affaire Al-Dura et autres récits meurtriers

16 janvier 2013 12 h 27 min0 commentaire
L’affaire Philippe Karsenty vs France 2 et Charles Enderlin est loin d’être terminée. Alors que France 2 accuse Karsenty de diffamation et s’entête à ne pas reconnaître les torts et les mensonges de son cameraman palestinien mais aussi les leurs, Philippe Karsenty revient encore une fois devant le tribunal correctionnel ce mercredi 16 janvier 2013.

La France a l’un de ces secrets de Polichinelle qui donne naissance à la haine, la vengeance et la mort. Le 19 mars 2012, quand Mohamed Merah, nées de parents algériens, a tué sept personnes, dont trois enfants juifs de sang-froid pour venger la façon dont «les mêmes Juifs » ont tué ses «frères et sœurs musulmans en Palestine »,  beaucoup dans la communauté musulmane française le voyait comme un héros. Le pronostic d’une société civile avec un mouvement aussi hostile en son sein n’est pas encourageant.

Et le secret de Polichinelle réside dans l’échec colossal de la presse française dans l’affaire al-Dura en 2000 jusqu’à ce jour. Al-Dura était le garçon de 12 ans dont la prétendue mort sous les balles israéliennes dans les bras de son père ont choqué le monde et est devenu l’emblème de l’Intifada d’Oslo. Une image qui s’avère aussi fausse que médiatiquement puissante. Ainsi, pour plusieurs bonnes raisons, les Français, et en fait chaque citoyen civique de la communauté mondiale, devraient prêter attention à ce qui se passe aujourd’hui à la Cour d’appel de Paris.

Pour la sixième fois en autant d’années, les tribunaux entendront les accusations de France 2 contre un citoyen, Philippe Karsenty pour les avoir accusé d’avoir diffusé une « mise en scène » (et donc une information falsifiée) dans l’affaire Mohammed al-Dura.

Pour ses adeptes, «le petit Mohamed», comme il est connu en France, est «martyr du monde» car, grâce à France2, « le monde entier a vu » qu’il a été abattu, et a été la « cible de tirs israéliens », mourant ainsi dans les bras de son père. Sauf que personne ne l’a vu mourir dans le film, et encore moins dans les bras de son père. Au contraire, la preuve accablante suggère qu’il s’agissait d’une mise en scène par le caméraman de France 2, Talal abu Rahmah, que Charles Enderlin a transformé en infos sensationnelles.

Les médias français adeptes du « Pallywood »

En effet, quelques histoires incarnent le secret de Polichinelle meurtrier qui hante la France d’aujourd’hui. France2 (et tous les autres, comme Enderlin est prompt à le souligner) est adepte du « Pallywoodisme » tout le temps: c’est un secret de Polichinelle qu’ils admettent ouvertement en privé, mais nient en public.

« Ils le font tout le temps», confient en privé Enderlin et ses patrons lorsqu’ils sont confrontés à la preuve exhaustive de mise en scène dans le travail du cameraman. Mais publiquement Enderlin insiste, surtout lorsqu’il est confronté aux revendications selon lesquelles il a mis en scène le film al-Dura : «J’ai confiance à 100 % en mon caméraman, si bien que je ne pense même pas à lui poser des questions ». Et pourtant, lorsque les juges, lors du dernier procès, ont vu la séquence tournée par le caméraman palestinien de France 2, ils ont radicalement infirmé la constatation de la juridiction inférieure, en critiquant sévèrement les normes journalistiques d’Enderlin. « Et dire que j’ai demandé cette séquence comme une faveur à France2, » a remarqué plus tard l’un des juges ‘off the record’.

Toutefois, cette décision a inspiré les collègues Enderlin à se serrer les coudes. Le Nouvel Observateur a parrainé une pétition pour la défense à la fois de son honneur, et du droit des journalistes à faire des reportages librement, sans l’effet «paralysant» de la critique des citoyens qui sape les énergies des bons journalistes ».

Pendant ce temps l’employeur de Charles, France2, a fait appel à la cour suprême, qui a jugé que la cour d’appel n’avait pas le droit d’exiger la vidéo, et a renvoyé l’affaire à la cour d’appel… Même salle, même « Palais de Justice » !

L’histoire de Mohammed al-Dura et du journalisme fatal qu’elle a engendré mérite l’attention de toute personne qui se soucie de liberté de la presse et de la culture démocratique qu’elle sert et protège. Aucun incident n’illustre mieux pourquoi l’Occident a jusqu’à présent connu un aussi piètre sort dans sa rencontre avec les forces du djihad global et pourquoi les occidentaux ont constamment perdu du terrain face à certaines des forces les plus répressives de la planète.

Plus de 10 ans que les médias nourrissent les pires instincts anti-israéliens

L’affaire combine trois traits: l’absurdité de la narration, la façon dont certains ont façonné ce récit et ainsi ont donné du crédit à « la vengeance contre les Juifs » du djihad (les recruteurs de Ben Laden et d’autres pour le djihad mondial), et le refus déterminé de journalistes, dont le métier est d’étudier, de réexaminer la question, malgré l’étendue des dommages occasionnés. Cela fait plus de dix ans que les journalistes crédules pompent des récits toxiques au sujet d’Israël et nourrissent les pires instincts d’une minorité radicalisée, paralysant la capacité des gens plus senséss à comprendre la situation, et encore moins à résister à ce que Ben Laden appelle « le cheval fort » du djihad mondial.

Karsenty a accusé Enderlin «d’avoir été dupé et, ce faisant, de nous duper», et Enderlin continue à prétendre qu’il s’agit d’un « coup intolérable et inacceptable à son honneur ».

L’accusation peut s’étendre aux médias traditionnels: ils sont dupés par les guerriers djihadistes qui les manipulent avec un approvisionnement apparemment irrésistible de récits mortels sur les malversations d’Israël, et, ce faisant, nous aveuglent face à ceux qui nous menacent réellement.

La cour d’appel française se prononcera-t-elle en faveur du droit de leurs citoyens à critiquer la professionnalité de leurs médias, ou en faveur de ce que Daniel Dayan a appelé la «nouvelle institution sacrée», les médias, et son droit à utiliser le pouvoir de l’État pour sauver son honneur en faisant taire les critiques de ses prérogatives?

 

Traduction à partir d’un article de Prof. Richard Landes, historien américain, professeur agrégé au Département d’histoire de l’Université de Boston.



Tags:

Laissez un commentaire


Powered by Sweet Captcha
Vérifions que vous êtes un humain,
Mettez les chiffres sur le code-barres
  • captcha
  • captcha
  • captcha
  • captcha

雪茄| 雪茄烟网购/雪茄网购| 雪茄专卖店| 古巴雪茄专卖网| 古巴雪茄价格| 雪茄价格| 雪茄怎么抽| 雪茄哪里买| 雪茄海淘| 古巴雪茄品牌| 推荐一个卖雪茄的网站| 非古雪茄| 陈年雪茄| 限量版雪茄| 高希霸| 帕特加斯d4| 保利华雪茄| 大卫杜夫雪茄| 蒙特雪茄| 好友雪茄

古巴雪茄品牌| 非古雪茄品牌

DecorCollection歐洲傢俬| 傢俬/家俬/家私| 意大利傢俬/實木傢俬| 梳化| 意大利梳化/歐洲梳化| 餐桌/餐枱/餐檯| 餐椅| 電視櫃| 衣櫃| 床架| 茶几

橫額| 貼紙| 貼紙印刷| 宣傳單張| 海報| 攤位| foamboard| 喜帖| 信封

QR code scanner| SME IT| system integration| inventory management system| label printing| Kiosk| Voice Picking| POS scanner| POS printer| System Integrator| printing labels| warehouse management| thermal printer| mobile solutions| mdm solutions| mobile device management

邮件营销| Email Marketing| 電郵推廣| edm营销| 邮件群发软件| edm| 营销软件| Mailchimp| Hubspot| Sendinblue| ActiveCampaign| SMS

Tomtop| Online Einkaufen

Beauties' Secret化妝及護膚品

Addmotor electric bike shop

地產代理/物業投資| 租辦公室/租寫字樓| Office for lease / office leasing| Office building| 甲級寫字樓/頂手| 商業大廈| Commercial Building| Grade A Office| Office for sale| Hong Kong Office Rental / Rent Office| 地產新聞

香港甲級寫字樓出租

中環中心| 合和中心| 新文華中心| 力寶中心| 禮頓中心| Jardine House| Admiralty Centre| 港威大廈| One Island East| 創紀之城| 太子大廈| 怡和大廈| 康宏廣場| 萬宜大廈| 胡忠大廈| 信德中心| 北京道1號| One Kowloon| The Center| World Wide House

| Wycombe Abbey| 香港威雅學校| private school hong kong| English primary school Hong Kong| primary education| top schools in Hong Kong| best international schools hong kong| best primary schools in hong kong| school day| boarding school Hong Kong| 香港威雅國際學校| Wycombe Abbey School