Click here to send us your inquires or call (852) 36130518

« Témoignage en dessins » – Interview de Jacky Yarhi, dessinateur

25 mai 2014 8 h 49 min0 commentaire

Par Michaëla Benhaim

Né en France Jacky Yarhi monte en Israël en 1990. Continuant ainsi en Israël ce qu’il faisait en France, dessiner et écrire. Dessiner pour des journaux, boites de pub ou pour des éditeurs. Il a illustré à ce jour plus de 200 livres pour enfants et est l’auteur d’une vingtaine de bandes dessinées, éditées en France, aux USA et en Israël. «Multi-talentueux » il est aussi le créateur de jeux de société et de scenarii pour le cinéma.

Michaëla Benhaim : vous commencez à peindre très tôt. Comment vous vient cette passion ?

Jacky Yarhi : Le dessin a très vite été un moyen d’expression, remplaçant parfois la parole ou les gestes. Je ne me souviens pas d’avoir eu un jour l’ambition de vivre de ma passion. Disons que c’est quelque chose qui est venu de façon graduelle et douce. Déjà au lycée, j’apportais ma collaboration à quelques journaux dont Actualité juive et à l’âge de 18 ans, alors que je passais mon bac, j’ai sorti avec mon ami Marc Bensoussan ma première BD : «Supermitsva- on a enlevé Rabbi Shlomo», ensuite, « échec à Hamann » a suivi, puis je suis monté en Israël.

M.B : Apres avoir exposé vos peintures aux U.S.A et en France, vous vous tournez vers la Bande Dessinée. Qu’est ce qui vous a attiré ?

J.Y : il n’y a pas eu de véritable orientation. Les choses ont été faites en parallèle, même si aujourd’hui je suis plus tourné vers la BD. Ce medium est un fabuleux outil qui permet tout en racontant une histoire (réelle ou fictive) de marier les mots avec le dessin.

M.B : Vous avez plusieurs cordes à votre arc, vous avez entre autre travaillé pour le quotidien «Yediot Aharonot» et vous êtes le papa d’un personnage bien connu par les enfants en Israël. Pouvez-vous nous en dire un peu plus

J.Y : En effet, ainsi que pour d’autres journaux avec la casquette de caricaturiste. Vous faites référence au personnage qui se trouve sur les boites de corn flakes de Telma ? Oui, de l’idée jusqu’à la réalisation. Un travail de longue haleine, des heures de réunion avec les gens du marketing de la société et de la boite de publicité, des crises de fous rires ou de rage pendant la réalisation et enfin la fierté de voir mon travail présent sur les tables des foyers israéliens.

B.M : Votre dernière B.D traite de la capture d’Eichmann, c’est une BD pour adultes ou s’adresse t- elle également aux plus jeunes ? C’est un sujet un peu difficile à traiter par le dessin non ?

J.Y : Effectivement, mais elle est dans le domaine du réalisable. En fait cela a été une grande première en Israël. Jusqu’à présent, nous étions habitués à voir en Israël la BD comme un moyen populaire s’adressant aux enfants et qui traitaient en grande partie d’histoires fictives. La première dans le domaine a été l’histoire du raid sur Entebbe, qui d’ailleurs a été accepté par les éditeurs de façon circonspecte au vu de ce que nous connaissions de la BD en Israël. Mais l’engouement du public leur a donné tort, aussi, j’ai pu enchaîner par «Hamatsod» (qui peut être traduit par «la Traque») qui traite de la capture d’Eichmann. Ce livre s’adresse aux jeunes comme aux plus âgés. Cette bande-dessinée n’est pas seulement la narration d’un fait qui touche au tragique, mais aussi une continuité dans le témoignage. L’histoire avec un grand  H  est parfois dessinée sur le sable et les vagues réussissent bien souvent à les effacer, tout comme certains n’ont de cesse de remettre en cause la Shoah.

Aujourd’hui, savoir que l’histoire d’Entebbe et celle d’Eichmann se trouve sur les rayonnages de la prestigieuse bibliothèque de l’Université hébraïque, est pour moi une double consécration. Non seulement cela montre que ce medium commence à faire son entrée en Israël par la grande porte, mais aussi que la bande dessinée est légitimement apte à traiter de sujets aussi sérieux et graves.

B.M : « la traque d’Eichmann» est en hébreu. Mais ici on connait tous l’histoire de cet ignoble nazi, avez-vous songé a une adaptation en français par exemple ?

J.Y : Justement nous y travaillons, ainsi que sur la BD « le raid sur Entebbe »

La traque d’Eichmann est en vente en librairies et sur internet en hébreu

Hamatsod aux editions sifryiat Beth El

המצוד אחרי אייכמן בהוצאת ספריית בת אל



Tags:

Laissez un commentaire


Powered by sweet Captcha

雪茄烟网购/雪茄网购| 雪茄专卖店| 古巴雪茄专卖网/品牌| 古巴雪茄价格| 雪茄价格| 雪茄怎么抽| 雪茄吧| 雪茄哪里买| 雪茄海淘| 古巴雪茄品牌| 推荐一个卖雪茄的网站| 非古雪茄| SO站| 港水雪茄

古巴雪茄品牌| 非古雪茄品牌

DecorCollection歐洲傢俬| 傢俬/家俬/家私| 意大利傢俬/實木傢俬| 梳化| 意大利梳化/歐洲梳化| 餐桌/餐枱/餐檯| 餐椅| 電視櫃| 衣櫃| 床架| 茶几

橫額| 貼紙| 貼紙印刷| 宣傳單張| 海報| 攤位| foamboard| 喜帖| 信封

QR code scanner| SME IT| system integration| inventory management system| label printing| Kiosk| Voice Picking| POS scanner| POS printer| System Integrator| printing labels| warehouse management| thermal printer| mobile solutions| mdm solutions| mobile device management

邮件营销| Email Marketing| 電郵推廣| edm营销| 邮件群发软件| edm| 营销软件| Mailchimp| Hubspot| Sendinblue| ActiveCampaign| SMS

Tomtop| Online Einkaufen

Beauties' Secret化妝及護膚品

Addmotor electric bike shop

地產代理/物業投資| 租辦公室/租寫字樓| Office for lease / office leasing| Office building| 甲級寫字樓/頂手| 商業大廈| Commercial Building| Grade A Office| Office for sale| Hong Kong Office Rental / Rent Office| 地產新聞

香港甲級寫字樓出租

中環中心| 合和中心| 新文華中心| 力寶中心| 禮頓中心| Jardine House| Admiralty Centre| 港威大廈| One Island East| 創紀之城| 太子大廈| 怡和大廈| 康宏廣場| 萬宜大廈| 胡忠大廈| 信德中心| 北京道1號| One Kowloon| The Center| World Wide House

| Wycombe Abbey| 香港威雅學校| private school hong kong| English primary school Hong Kong| primary education| top schools in Hong Kong| best international schools hong kong| best primary schools in hong kong| school day| boarding school Hong Kong| 香港威雅國際學校| Wycombe Abbey School